Actulive.net | Yé-fihmoa fêté par les étudiants de l’Insaac
28 juin 2016 | 768 Vues

feature-top

Après avoir brillement remporté la première place des présélections, option danse de création des 8ème Jeux de la Francophonie, d’Abidjan 2017, les étudiants de l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (Insaac), ont donné une fête à Yé-fihmoa. Cela s’est passé le 24 Juin dernier au sein de cet établissement. Avant de mettre sur scène cette compagnie de renom, le podium a accueilli la compagnie Dumanlé. Ce, par une création en deux tendances mettant en exergue les préparatifs et l’exécution du vidé d’un carnaval, avec en fonds sonore la musique du groupe antillais « La compagnie Créole ». La carte de visite pour la jeune compagnie ‘’Dumanlé’’ se présente avec des prestations en Algérie, au Bénin et au Maroc. Les fêtés (Sanga Ouattara et Gbôh la Légende) ont présenté deux créations bien connues des spectateurs. Ce sont ‘’Voilà çà et Zouglou ‘’. La première est le résumé d’une amertume et d’un spleen, qui font explorer des horizons nouveaux de réflexion à une jeunesse déboussolée. Celle-ci, unie dans les problèmes rassemble ses forces pour combattre. A bout de courage, elle espère vaincre les souffrances et exercices du quotidien. Mais que de problèmes qui se traduisent en malédiction. Le secret pour leur purification est au bout du compte de déposer les vicissitudes de la vie dans un seau en guise de poubelle. Leur deuxième scène dénommée, Zouglou, est l’histoire de ceux qui se battent sans trouver une place solvable dans la société. Après les études, le cercle infernal du chômage envahit sans pitié la jeunesse. Menus travaux se frottent alors à son existence. La tentation d’aller vers l’occident la tente. Mais le rapatriement la met en conformité avec l’actualité. L’accusation est de ce fait portée sur les gouvernants. D’où ce cri de désespoir : « Ces salauds ont mis le feu au paradis. Ces salauds ont mis le feu à mon pays. », lance comme un cri de révolte Sanga Ouattara en guise de mécontentement. Ainsi parle le Zouglou, musique et danse de contestation tirée de la diversité des rythmes ivoiriens.

Clemso ACTULIVE

A voir aussi