Actulive.net | Psy dévoile ses démons : violence familiale, alcool et prison...
29 juillet 2013 | 900 Vues

feature-top

Toujours de bonne humeur pour chanter et danser sur des chorégraphies improbables, Psy semble réunir toutes les caractéristiques du boute-en-train de service. Pourtant, il cache derrière ce comportement un vice inavouable : son addiction à l'alcool. Le chanteur de 35 ans a confié qu'il considère la vodka de son pays "comme sa meilleure amie" et que les rares moments où il ne boit pas, c'est quand il a "la gueule de bois". Il faut dire que Psy confesse boire pour n'importe quelle occasion. "Si je suis heureux, je bois, si je suis triste, je bois. S'il pleut, je bois, s'il fait beau, je bois. S'il fait chaud, je bois, s'il fait froid, je bois aussi", a-t-il dit. Un rythme qui va finir par lui causer une cirrhose...

 

Si Psy révèle un penchant certain pour l'alcool, il n'a pas non plus été épargné par la drogue, trop souvent présente dans le milieu du show-business. C'est ainsi qu'en 2001, il se trouve condamné à de la prison pour cause de possession de produits illicites. "J'avais 23 ans, j'étais dans ma première année d'artiste, je suis allé en prison 25, 26 jours", explique-t-il. Depuis, le chanteur semble s'en être écarté, notamment grâce à son refuge : sa famille. Psy est le papa de jumelles de 5 ans. Sa vie privée est aujourd'hui stable mais il a longtemps été en conflit avec ses parents.

 

Élevé dans les riches quartiers de Séoul, Psy devait initialement suivre le chemin tracé par son père, un homme qu'il qualifie de "strict et frustré" et avec lequel il ne partage rien car il le voit comme quelqu'un "d'étrange et ennuyeux". Après des études ratées aux États-Unis, il revient chez lui, s'accroche et tente de se faire un nom dans la musique. Un but qu'il parvient finalement à atteindre malgré la pression familiale et les coups de son père, lequel le battait "beaucoup" et "tout le temps".

 

Revenu dans les bacs avec le titre Gentleman, Psy a entamé une tournée qui devrait passer par l'Europe.

Source: Purepeople

A voir aussi