Le 9 mai passé, la compagnie de danse dénommée : « Effozo" /> Actulive.net | La compagnie Effozouyi fait son entrée dans la cour des grands
16 mai 2019 | 946 Vues

feature-top

Le 9 mai passé, la compagnie de danse dénommée : « Effozouyi » a fait sa présentation officielle à la salle Bitty Moro de l‘Insaac, à l’occasion d’un spectacle, qu’elle a organisé. Signifiant : « Dieu est avec nous », en langue Avikam, une ethnie du sud ivoirien, cette association d’artistes a décidé d’accomplir le devoir de la sauvegarde de la culture ivoirienne. Trois (03) prestations ont donné à cette formation artistique, les raisons de son adhésion dans le cercle des compagnies respectables du pays. La première a été un alliage de danse orientale (danse du ventre) exécutée par une jeune fille et des danses traditionnelle et urbaine interprétées par des jeunes hommes et femmes. Est ensuite venu un interprète de chansons, très actif sur les réseaux sociaux, Roma Chiyaya. Son passage à marquer sur le compte de l’humour, lui a permis d’aligner des parodies à faire rire le plus triste des spectateurs. Pour fermer la boucle, un duo composé de deux danseurs chevronnés de danse contemporaine (Fabrice Douyéré et Stéphane Douhan), ont présenté la pièce « L’origine ».

 

Le contenu de celle-ci a le mérite de renforcer les capacités des jeunes étudiants de l’école de danse et de leur permettre de faire un clin d’œil à leur culture. Puisque leur devoir premier est de pérenniser ce pan de l’humanité, qui commence à disparaitre de jour en jour, à cause du modernisme. La pièce raconte par la gestuelle, le paradoxe de l’existence de l’espèce humaine. En effet Dieu créa le ciel et la terre, avant de créer ensuite l’homme. En lieu et place de cette logique, une diversité de religions orchestrées par des hommes égoïstes et orgueilleux prônent des conceptions contradictoires.

 

C’est le message d’adversité que le duo a inscrit dans sa chorégraphie, pour signifier le langage de chaque partie. Malgré la divergence de point de vue, la mort d’un des acteurs mondains, les emmènera à comprendre finalement que l’homme est poussière et il finira poussière. Cet exercice donne un grand bénéfice aux étudiants, qui ont pour devoir de chercher les profondeurs du sens des pièces. Selon Liliane Kouamé, l’administratrice de la compagnie Effozouyi, « l’éducation de nos étudiants, gages de la sauvegarde de notre socle culturel, doit passer par un apprentissage sérieux de nos valeurs ancestrales. Notre responsabilité est de les aider à perpétuer ces acquis », a-t-elle admis.

 

 

Clemso ACTULIVE

A voir aussi