Actulive.net | Interview avec Floresse Koffi
2 juin 2012 | 1047 Vues

feature-top

‘‘All 4 One Fondation’’ est une fondation pour la défense et la promotion des droits des artistes et sportifs africains. Cette dénomination est révélatrice de la solidarité que cette organisation entend faire régner dans le milieu des arts et du sport en Afrique. Elle a également pour vocation d’aider les artistes et sportifs africains à s’affirmer en les aidant de diverses façons. Pour cela, All 4 One Fondation s’est fixé des objectifs que Floresse Koffi son président fondateur explique dans cette interview.

Qui est Floresse Koffi ?
A l’état civil, mon nom est Floresse Koffi, manager et producteur d’artiste. Je suis un homme de défis qui s’intéresse à la culture depuis plusieurs années.

Une idée des artistes que vous avez eues a managé?
Nous avons eu la chance de coacher Erickson le Zulu, Ruth Tondey paix à son âme et Dezy Champion pour ne citer que ceux là.

Aujourd’hui vous êtes à la tête d’un projet dénommé « ALL 4 ONE », de quoi est-il question ?
« ALL 4 ONE » est la fondation pour la défense et la promotion des droits des artistes et sportifs africains. Cette dénomination est révélatrice de la solidarité que cette organisation entend faire régner dans le milieu des arts et du sport en Afrique. Elle a également pour vocation d’aider les artistes et sportifs africains à s’affirmer en les aidants de diverses façons. Pour cela, elle s’est fixé des objectifs.

Dites-nous, quels sont les objectifs de cette ONG ?
L’objectif général de la Fondation « ALL 4 ONE » est d’aider les artistes africains désireux de promouvoir leur carrière et de garantir leurs acquis. Cet objectif, se fond en plusieurs objectifs spécifiques qui sont autant de prestations envisagées par la fondation.

Et les formations porteront sur le droit, le droit d’auteur, la négociation et la signature de contrat. Nous allons donner aussi les rudiments de l’outil informatique et Internet. Nous ambitionnons d’organiser des séminaires et tables rondes sur des thèmes ayant trait à l’art et au Sport. En clair, nous allons essayer à notre niveau de mettre un peu d’ordre dans ce secteur d’activité, sans aucunes prétentions.

Vous avez donc constaté un manque sur le terrain ?
Sans faux-fuyants, j’aimerais vous dire qu’il n y a pas trop d’intellectuels dans le domaine des artistes et des sportifs. Ils sont toute suite phagocytés par le milieu, ils n’ont aucunes connaissances en matière de droit d’auteur, et j’avoue que ce cas de figure est pénible et doit nous interpeller.

Pourquoi avoir opté pour les artistes et les sportifs ?
Déjà parce que moi-même je suis un otage de ce milieu. Un milieu avec lequel je flirte depuis pas mal d’années. Et le constat a toute suite été frappant. Il faut qu’on assiste les sportifs et les artistes. J’ai vu la souffrance de pas mal d’artistes, ils finissent dans des conditions déplorables. C’est donc fort de ce constat que nous avons décidé d’agir à travers notre ONG « ALL 4 ONE ».

Avez-vous des soutiens dans ce milieu ?
Nous avons une commission d’avocat qui existe d’office. Ça veut dire que dès qu’un artiste ou un sportif a des problèmes, l’avocat se saisi. C’est clair que cela n’existait pas par le passé. Nous ambitionnons aussi d’organiser des galas et bien d’autres activités qui leurs serviront.

N’est-ce pas là se substituer au Burida où à l’Unart-ci ?
Je pense qu’il ne faut pas voir les choses sous cet angle. C’est un projet que nous avons mûri depuis maintenant 6 ans. Donc un projet vieux que l’Unart-ci. Le Burida qui existe depuis belle lurette, l’on voit bien ce qu’il fait pour les artistes. Je pense que toutes nos activités seront entreprises de concert avec le Burida. Nous ne pourrons pas travailler sans le Burida, car c’est le seul organe qui a répertorié les artistes. On pourra s’appuyer sur le Burida pour pouvoir atteindre nos objectifs. Nous venons en appoint, et non pas vouloir se substituer à qui que ce soit.

 

Comment les artistes et sportifs, principaux concernés ont accueilli ce projet ?
Nous avons déjà approché A’Salfo, lead vocal de « Magic System », Soum Bill, et bien d’autres artistes encore, c’est des grosses têtes de la musique ivoirienne. D’ailleurs avec A’Salfo, nous avons des projets très intéressants. En tout, la quasi-totalité des artistes sont partants pour ce projet.

 

Qu’avez-vous prévu pour la fête de la musique ?
Et bien pour cette fête, nous faisons en ce moment des captations d’images que nous allons mettre sur notre site internet. Ce, dans le but de valoriser cette célébration et en même temps donner une visibilité aux artistes ivoiriens que nous allons coopter.

A voir aussi