Actulive.net | Carnaval Ivoiro-Antillais : Le maire veut-il en faire de la récupération polit
1 juin 2018 | 436 Vues

feature-top

Les langues vont bon train à Bingerville. Car, le sujet d’actualité est la non-tenue cette année du Carnaval Ivoiro-Antillais. De causerie en accusation,  certaines personnes accusent le maire Beugré Djoman de vouloir l’effacer en l’incluant dans le festival Adjépéssé, disparu il y a certains temps. Ce qui pour elles, est purement de la récupération politique à l’approche de la municipale. Installer un carnaval n’est pas une mince affaire. Celui qui suscite toutes les conversations, a été institué par le Français d’origine antillaise, Georges Ravoteur. Qui a voulu le mettre en place pour rester en contact avec les habitudes de sa mère patrie. Parti sous le signe de la petitesse, le carnaval Ivoiro-Antillais de Bingerville a attiré le regard des autorités municipales qui se sont greffées à lui, pour lui donner plus de poids. Tout s’est bien déroulé jusqu’à l’année passée. Mais pour l’année 2018, à la date où il devait se tenir, c'est-à-dire du 24 au 26 février, c’est le Black out total. Certains dans l’entourage du maire ont affirmé que, vu que l’édile était en voyage, la date est reportée. Après la première, deux autres dates ont été annoncées sans que rien n’ait été fait. Beaucoup de gens ont alors commencé à décrier le pire des scénarii. En effet, selon elles, le maire veut se saisir du carnaval, pour ressusciter son festival mort-né. La preuve brandissent-ils, « le promoteur n’est pas consulté sur chaque report. Il a institué sa manifestation et maintenant qu’elle a de l’envergure, le maire veut en faire son affaire, pour se faire élire ». Pour vérifier l’information, nous avons joint au téléphone madame Kouassi, agent de la mairie de la localité qui a été commise pour les affaires concernant le carnaval, pour en savoir un peu plus. Mais, après deux entrevues au téléphone, nous n’avons pas eu l’occasion de la rencontrer physiquement. L’initiateur et promoteur de l’œuvre également est porté disparu. Dans son entourage, on évoque son départ pour la France ou les Antilles, pour des raisons médicales ou de vacances. Mais dans les milieux avertis, d’aucuns parlent de récupération politique. Et ce sujet alimente les causeries et débats. Les jours qui suivent vont pouvoir nous situer sur les vraies ou fausses intentions de l’équipe municipale, qui est pointée du doigt. Vivement qu’une solution soit trouvée. Car, depuis deux éditions, Georges Ravoteur a commencé à faire venir ses frères et sœurs, pour découvrir leur terre ancestrale. Ce qui du reste est un bon geste pour le tourisme.


Clemso ACTULIVE

A voir aussi