Actulive.net | 6ème édition du Carnaval Ivoiro-Antillais
6 mars 2017 | 938 Vues

feature-top

 

50 Antillais découvrent leur terre ancestrale

« Les liens entre nous descendants d’esclaves embarqués de force par les négriers et nos ancêtres africains ne doivent pas disparaitre. Pour les renouer j’ai mis sur pied le carnaval Ivoiro-Antillais. », raconte Georges Ravoteur, initiateur et promoteur de cet évènement culturel. Celui-ci s’est déroulé du 24 au 25 février à Bingerville. L’évènement qui est à sa 6ème édition, a vu la participation d’une délégation de 50 Antillais venus pour certains, participer au raffermissement des liens et pour d’autres, à un pèlerinage en terre ancestrale. Monique A. qui est sa première visite en Afrique, soutient que deux raisons l’ont emmené à faire ce voyage. « L’émotion que je ressens, je ne peux la raconter. Trop de dénigrements sont faits concernant ma terre ancestrale. Il me fallait venir voir d’abord d’où je viens réellement et comment vivent mes ancêtres. », relate la dame. Différemment des éditions passées, où l’accent a été mis sur beaucoup de groupes artistiques de l’Afrique occidentale, cette dernière a eu seulement le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire comme participants. La première journée (24) dédiée aux activités extrascolaire (théâtre, poésie et génies en herbe) a été agrémentée d’un concours Miss. La lauréate de cette première édition est Hélène Vanessa Touré. Elle est âgée de 16 ans et fréquente le collège moderne de Bingerville. L’un des grands ajouts de cette rencontre culturelle a été les dépistages du diabète et de l’hyper tension artérielle, offerts gracieusement aux participants. Pris en compte comme activité majeure par la municipalité de Bingerville, le carnaval a accueilli la présence, hormis celle du maire local, Beugré Djoman, celles des maires d’Anyama et du Plateau. La chanteuse Ivoiro-Antillaise Teeya est également venue à la fête renforcer les liens des deux communautés. Pour les éditions à venir, le promoteur souhaite se décarcasser pour faire venir des compagnies culturelles antillaises.

Clément KOFFI

A voir aussi