Scoops

ACTULIVE Côte d'ivoire, découvrez la vie de vos stars du showbiz, du sport et du cinema...

Inteview avec Culture
27/11/2015

Poursuivant l’idéologie que les acteurs de la culture Rasta prophétisent, l’un des leurs de pseudonyme « Culture » a décidé de donner une vision de son mouvement en construisant un espace culturel à Abobo-Marahoué. L’équipe de Actulive.net lui a soutiré quelques mots pour savoir ses ambitions.

 

Qui est Culture ?


Culture est un jeune ivoirien qui vit aux Etats Unis depuis 1989, qui aime le rastafarisme et qui écoute le reggae depuis l’enfance. Ma femme est mi-américaine, mi-jamaïcaine. Et est celui qui chaque 6 février va à Zion, pour toucher la terre de Marley.

 

Qu’est ce qui a conduit Culture à construire cet espace ?


Ma mission en Côte d’Ivoire est de mettre ensemble les jeunes talentueux musiciens et les artistes rastafariens. Afin de montrer au public ivoirien que le rastafarisme est une culture, la paix en soi-même. Et que ce mouvement est une discipline qu’on ne juge pas sans en connaitre ses acteurs et fondements.

 

Vous matérialisez vos ambitions à travers un espace culturel appelé ‘’Culture Live’’, Comment vous est venu l’idée et qu’y fait-on ?


Je dirai plutôt un centre culturel. Comme je l’ai signifié, je suis en mission. Ce que je dis, je le dirai à tous les organes de presse. Cette mission est de mettre un pont entre les Etats Unis et Abidjan. Afin que cette ville soit la deuxième capitale du reggae au monde (Rastafari).

 

Le village rasta a été détruit à Port Bouet et on a la sensation que vous êtes en train de le reconstruire. Parce qu’ici on retrouve, l’art, la culture, tout ce qui concerne le rastafarisme. Comment avez-vous réussi à rassembler tous ces acteurs pour venir s’investir dans cet espace ?


C’est notre choix, notre idéologie. C’est ce que nous demandons. Il nous fallait venir ensemble. Cela fait partie de notre mission pour ramener la paix en Côte d’Ivoire.

 

Pendant votre absence, des membres de votre philosophie ont mené un grand combat pour  la reconnaissance et le maintien du mouvement rastafarien. Il a été très dur. Qu’éprouvez-vous comme satisfaction ou déception aujourd’hui ?


Ma mission est simple. Elle consiste à toujours trouver la satisfaction. Je suis content quand je vois mes frères et sœurs ensemble en train de rire, de boire et de s’amuser. Je crois que c’est un immense plaisir que nous ressentons tous. … Jah Rastafari the first

 

 

Clemso ACTULIVE

Partager cet article avec des amis
voir toute la galerie