Scoops

ACTULIVE Côte d'ivoire, découvrez la vie de vos stars du showbiz, du sport et du cinema...

Actulive.net | Adamo, peintre grâce à sa bouche
Adamo, peintre grâce à sa bouche
19/06/2017
Adamo,

« Aucun handicap n’est insurmontable ». C’est ce que nous confirme le peintre Traoré Adama dit « Adamo ». Lors de la première édition de ‘’Ivoire Solo Festival’’,  auquel il a participé, en qualité d’exposant, l’artiste qui préfère se consacrer à son travail que de faire la ‘’Une’’ des médias, nous a ouvert une lucarne, pour en savoir plus sur sa vie. Handicapé à la naissance, il doit son salut grâce à deux dames. La première est sa mère. C’est elle qui a forcé la famille à aménager à Abobo, en provenance de Treichville, alors qu’il a neuf ans. Elle la confie à une Française nommée Marie Odile qui a fondé le centre pour enfants handicapés : « La Providence ». C’est dans cette maison, qu’il suit une rééducation et est initié à la peinture. Il découvre en cet art, des bienfaits qui lui sont aujourd’hui d’une belle utilité. En 1999 après le décès de son éducatrice, Adamo est contraint de se prendre en charge. Sa première destination est la devanture de la mairie d’Abobo. De cet endroit, il part pour installer son ‘’atelier’’ devant la ‘’Pharmacie Etoile’. Mais ne sentant pas la juste récompense de ses efforts, Adamo se lance à la conquête de la commune de Cocody plus huppée. Où les gens prêtent plus attention aux œuvres des artistes peintres. Après le ‘’Carrefour Duncan’’ l’artiste se retrouve devant le restaurant ‘’Chez Packo’’. Tout à ses rêves, il reçoit la visite inattendue du cinéaste Sidjiri Bakaba, qui l’invite à jouer dans son film : « Roue Libre ». « De ce film, je garde un mauvais souvenir. Alors que les autres participants ont été payés, je n’ai rien perçu. On ne m’a jamais brandi de contrat. Donc, j’ai abandonné ce monde », confesse-t-il. Cette vraie escroquerie morale lui donne des excuses pour sa propre prise en charge. Un jour, alors de passage par un concours de circonstance,  le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandama, fasciné par le peintre qui fait des tableaux avec un pinceau dans la bouche, l’envoie chez le Président de la République. Cette rencontre est assortie d’une décoration lors de la fête de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire, de 2015. Pour lui apporter de la reconnaissance deux libanais propriétaires de l’hyper marché ‘’Sococé’’ lui octroient un espace au sein de l’établissement, d’où il confectionne et expose ses travaux.  Le peintre qui caresse de grandes ambitions, est en pleine réflexion pour mieux vendre son talent.  De même, il est reconnaissant de toutes les personnes qui lui viennent en aide pour mieux s’insérer dans le tissu social. « Il y a beaucoup de personnes qui me viennent en aide. « Mon loyer et ce, depuis 2008 est pris en charge par quelqu’un que je tairai le nom », a relaté le peintre.

Clemso ACTULIVE

voir toute la galerie