Scoops

ACTULIVE Côte d'ivoire, découvrez la vie de vos stars du showbiz, du sport et du cinema...

Actulive.net | Bagarre entre Gosso Gosso et Abdul Razack
Bagarre entre Gosso Gosso et Abdul Razack
13/06/2013
Bagarre

Gosso Gosso et Abdul Razack, deux joueurs de la sélection ivoirienne se sont donnés en spectacle mercredi au stade Houphouët-Boigny, à leur dernière séance d'entrainement, avant leur départ jeudi pour Dar-Es-Salam où la Côte d'Ivoire affronte dimanche prochain, la Tanzanie en éliminatoires de la Coupe du Monde 2014.

Alors qu'on les attendait pour préparer en toute concentration ce match capital qui mène vers le dernier tour qualificatif de « Brésil 2014 », ils ont offert un pugilat au public, en présence des journalistes, du Président de la Fédération Ivoirienne et des dirigeants de clubs Ivoiriens.

A la grande stupéfaction du Comité National d'Animation, pourtant venu au « Félicia », leur témoigner leur soutien. Mais toute cette mobilisation des supporters, les Eléphants, du moins Gosso et Razack n'en avaient cure. Et ils l'on démontré, en refusant même de mettre fin à leur bagarre, alors que tous leurs coéquipiers avaient accouru vers eux pour les séparer. Comme des gamins, ils ont mis à nu leur immature, leur indiscipline. Et le public, qui avait été admis à cette séance, de les huer. De même, leur a jeté des pierres, pendant leur sortie du stade.

« Le mal semble profond chez les Eléphants », affirment certains spectateurs de la scène. D'autres avancent même que la bagarre est récurrente chez les joueurs ivoiriens. En tout cas, cette bagarre donne donc amplement raison à ceux qui avançent que le vestiaire des Eléphants a toujours été malsain. Ce que la FIF a toujours nié. Et l'empoignade entre ces deux « gladiateurs »a achevé de convaincre les plus sceptiques. Gêné, le président de la fédération, Sidy Diallo s'est aussitôt précipité de quitter le stade avec son entraineur, Sabri Lamouchi. Toute honte bue. Certainement pour prendre une décision concernant ces deux joueurs qui ne sont pas titulaires.

« Cette fois, tout le monde a été témoins. Personne n'accusera donc les journalistes de déstabiliser l'équipe nationale, pour avoir révélé des cas d'indiscipline du vestiaire ivoirien », note un confrère, témoin des faits.

« C'est un acte qu'il ne faut pas banaliser ou passer sous silence. Car, c'est un cas d'indiscipline avérée, pour des professionnels qu'ils sont. Ils s'avaient à quoi ils s'exposaient. Ils doivent être sanctionnés », a tout de suite avancé un président de Club. « C'est dommage de voir ce genre de réaction. Mais, cela arrive dans toutes les équipes. Il y a souvent des tensions, même à l'entrainement. Cependant les joueurs doivent pouvoir se retenir ou se contrôler. Ce qui s'est passé n'est pas du tout à l'image de certains joueurs, ni de l'équipe », a commenté Gervinho.

Quant aux deux protagonistes, ils n'ont pas osé donner les raisons de leur honteuse bagarre au stade, devant les spectateurs. Ils sont sortis, sous escorte policière, le profil bas.

Alexis KOUAHIO